Jeanne Benameur au Carré Baudouin

1 jeanne benameur

 L exil n a pas d ombre

Entretien avec Jeanne Benameur

Jeanne benameurLes micros ne marchaient pas, la libraire était prise dans les embouteillages, mais le public riait de nos mésaventures avec bonne humeur et Jeanne était là. Aussi drôle et détendue alors que ses livres n’étaient pas là, qu’elle avait monté inutilement des escaliers, erré dans les couloirs sans personne pour lui montrer l’amphi. On a couru au café d’à côté dont le percolateur ne marchait pas pour revenir avec une larme de café, pour elle, qui était venue exprès de la Rochelle, et qui a conservé son humour pour nous répondre avec l’intensité qu’elle porte lorsqu’elle parle de l’écriture, et qui nous traverse, nous qui la lisons, nous qui l’écoutons. Concentrée, (recueillie, ressentons-nous) dans ses réponses les plus intimes, approfondies, elle dit cet acte d’écrire avec la ferveur qui l’habite et que nous partageons.

Ecriture poétique, philosophique, qui nous enseigne une autre vie possible si on accepte de ne pas rester intacts, et elle fait surgir des mots qui veillent dans les livres, et elle nous parle et comme elle nous parle... de la famille des émigrants, de la place de l’art en ses personnages, qui osent s’avancer avec leurs craintes, leurs douleurs, et leurs espoir, plus nus que nus, vers un monde qu’ils espèrent nouveau. Et nous aussi nous sommes nus et nous aussi nous pouvons aller vers un monde nouveau que nous imaginons avec ses mots qui deviennent les nôtres, puisque la lecture est une création.

A lire aussi le recueil de poèmes qui fait écho au roman et nous entraîne sur les traces d’une femme et d’un homme qui traversent le désert l’un derrière l’autre pour aller vers la liberté, se rejoindre peut-être, là, où, sous le soleil, ils n’ont plus d’ombre...

"Ma main est grande ouverte. Tu peux y mettre la tienne ..."

Jeanne Benameur

Ceux qui partent roman éditions Actes Sud

L’exil n’a pas d’ombre poèmes éditions Bruno Doucey

Jeanne benameur 2